Huile essentielle tea tree






Dans la trousse d’urgence de l’aromathérapeute, l’huile essentielle tea tree occupe une place privilégiée. L’huile essentielle tea tree est en effet une véritable panacée contre de nombreux maux.

A appliquer directement ou par inhalation, l’huile essentielle tea tree est avant tout un antiseptique puissant. Elle est capable de venir à bout des infections et des bactéries les plus tenaces, tout en présentant des qualités inflammatoires intéressantes. En synergie, l’huile essentielle tea tree fait des merveilles accompagnée d’huiles essentielles de romarin, de lavande, de sauge sclarée, de géranium odorant, de thym, de pin, d’eucalyptus, d’origan ou de ravensare.

L’huile essentielle tea tree combat les virus et les bactéries en tous genres, et soigne très bien les mycoses. Elle permet aussi de remédier aux infections digestives, urinaires ou génitales comme aux aphtes et aux douleurs dues aux caries. En cas d’asthme ou d’infection respiratoire, l’huile essentielle tea tree apporte également un soutien non négligeable.

Pour traiter une infection respiratoire, il est préconisé de mélanger 5 ml d’huile essentielle tea tree avec 3 ml d’huile essentielle de pin et 2 ml d’huile essentielle de thym. Versé dans un inhalateur préalablement rempli d’eau chaude, ce mélange est à respirer pendant 10 minutes une à deux fois par jour pendant 3 jours. Pour une affection cutanée de type mycose, on marie 1,5 ml d’huile essentielle tea tree avec 1,5 ml d’huile essentielle de géranium, 1,5 ml d’huile essentielle de lavandin et 100 ml d’huile végétale de macadamia : appliqué localement, ce traitement peut être administré jusqu’à 3 fois par jour.

Dans la trousse d’urgence de l’aromathérapeute, l’huile essentielle tea tree occupe une place privilégiée. L’huile essentielle tea tree est en effet une véritable panacée contre de nombreux maux.

 

A appliquer directement ou par inhalation, l’huile essentielle tea tree est avant tout un antiseptique puissant. Elle est capable de venir à bout des infections et des bactéries les plus tenaces, tout en présentant des qualités inflammatoires intéressantes. En synergie, l’huile essentielle tea tree fait des merveilles accompagnée d’huiles essentielles de romarin, de lavande, de sauge sclarée, de géranium odorant, de thym, de pin, d’eucalyptus, d’origan ou de ravensare.

 

L’huile essentielle tea tree combat les virus et les bactéries en tous genres, et soigne très bien les mycoses. Elle permet aussi de remédier aux infections digestives, urinaires ou génitales comme aux aphtes et aux douleurs dues aux caries. En cas d’asthme ou d’infection respiratoire, l’huile essentielle tea tree apporte également un soutien non négligeable.

 

Pour traiter une infection respiratoire, il est préconisé de mélanger 5 ml d’huile essentielle tea tree avec 3 ml d’huile essentielle de pin et 2 ml d’huile essentielle de thym. Versé dans un inhalateur préalablement rempli d’eau chaude, ce mélange est à respirer pendant 10 minutes une à deux fois par jour pendant 3 jours. Pour une affection cutanée de type mycose, on marie 1,5 ml d’huile essentielle tea tree avec 1,5 ml d’huile essentielle de géranium, 1,5 ml d’huile essentielle de lavandin et 100 ml d’huile végétale de macadamia : appliqué localement, ce traitement peut être administré jusqu’à 3 fois par jour.


Huile essentielle rose

Parmi les plus coûteuses des huiles essentielles, l’huile essentielle rose est également l’une des plus polyvalentes : si l’achat d’un flacon représente un petit investissement, il ne fait pas de doute qu’il sera rapidement rentabilisé ! Voici donc une petite présentation des mille et une utilisations possibles de l’huile essentielle rose.

L’huile essentielle rose appartient à la famille des rosacées. Elle peut être originaire de France, d’Italie, d’Asie, de Bulgarie, du Maroc ou de Tunisie malgré son nom biologique de « rosa damscena » qui signifie « rose de Damas ». Très onéreuse (environ 1500 euros pour un litre !), l’huile essentielle rose nécessite plus de quatre tonnes de pétales de rose pour extraire un litre seulement du précieux liquide !

Mais l’huile essentielle rose dispose de qualités thérapeutiques telles qu’elles justifient l’acharnement des aromathérapeutes à l’utiliser. Elle est ainsi reconnue pour sa capacité à régénérer les tissus cutanés et est donc employée comme antirides, contre la couperose et les dermatoses. L’huile essentielle rose est aussi appréciée pour ses vertus anti-hémorragiques, cicatrisantes et anti-infectieuses. Sur un autre plan, l’huile essentielle rose est considérée comme un tonique général, capable de réveiller la libido et de traiter les cas d’asthénie sexuelle.

Pour exploiter l’huile essentielle rose comme antirides, il est conseillé d’en mélanger 1 ml avec 15 ml d’huile essentielle de bois de rose, 20 ml de millepertuis et 80 ml d’huile de germes de blé. Une application matin et soir permet de réduire efficacement les rides du visage et d’en ralentir les progrès. Pour une libido féminine défaillante, l’huile essentielle rose, associée à l’huile essentielle ylang-ylang et diluée dans de l’huile végétale, s’applique matin et soir au niveau du plexus solaire et sous la voûte plantaire.

Huile tea tree

L’huile tea tree est dotée de vertus thérapeutiques puissantes qui la rendent particulièrement intéressante à exploiter, seule ou en synergie. Que faut-il donc savoir sur l’huile tea tree avant de l’employer, et quels sont ses domaines d’action privilégiés ?

L’huile tea tree est tirée des feuilles d’un petit arbre du nord de l’Australie, que l’on appelle, en français, « arbre à thé ». Ses feuilles sont en forme d’aiguilles et de couleur verte, claire ou foncée. De la famille des myrtacées, l’huile tea tree correspond, pour les biologistes et les experts, à l’huile de melaleuca alternifolia.

L’huile tea tree a un très fort potentiel antiseptique, antibactérien et anti-infectieux. Elle est également très efficace pour stimuler les défenses immunitaires. On a donc coutume de considérer l’huile tea tree comme un anti-infectieux polyvalent, qui trouve logiquement de très nombreuses applications. Attention toutefois : l’huile tea tree mal employée peut devenir toxique car elle contient des oxydes connus sous le nom d’eucalyptol, cinéol ou 1,8 cinéol : mieux vaut prendre un avis médical avant de l’utiliser…

Comme la plupart des huiles essentielles, l’huile tea tree peut s’utiliser seule ou en synergie. Pour venir à bout d’une affection cutanée légère, telle qu’une piqûre d’insecte, une petite plaie, un bouton d’acné ou une brûlure, l’huile tea tree se mélange à quelques cuillerées d’huile végétale de noisette ou de noyau d’abricot pour une application directe. En synergie et associée aux huiles essentielles de lavande fine et de géranium, l’huile tea tree fait également office de lotion anti-poux, sur une base d’huile de ricin ou d’huile d’olive.

Diffuseur huiles

Pour tout adepte de l’aromathérapie, le diffuseur huiles est un objet indispensable : bien que d’autres modes d’administration soient possibles, la diffusion des huiles essentielles dans l’air reste l’un des moyens les plus simples de pratiquer l’aromathérapie. Mais encore faut-il opter pour un diffuseur huiles adapté à cet usage, ce qui n’est pas systématiquement le cas…

Aujourd’hui, le diffuseur huiles joue volontiers un double rôle : celui de diffuser les arômes et celui d’humidifier l’air. Concrètement, ce diffuseur huiles, appelé « diffuseur à ultrasons », est muni d’un petit réservoir d’eau dans lequel sont versées quelques gouttes de l’huile essentielle choisie. Une brume composée de fines gouttelettes d’eau se charge ensuite de disperser l’arôme aux quatre coins de la pièce, tout en garantissant une bonne hydrométrie de l’air ambiant. Excellent pour la santé, ce diffuseur huiles nécessite toutefois un petit investissement, les premiers prix avoisinant les 70 euros.

Beaucoup moins coûteux, le diffuseur huiles à bougie chauffe-plats est aussi bien moins fiable. Les huiles essentielles, versées dans un réceptacle placé au-dessus d’une bougie chauffe-plats, ont en effet tendance à se dénaturer lorsque la chaleur devient trop intense, et perdent leurs pouvoirs thérapeutiques. Un diffuseur huiles de ce type coûte une dizaine d’euros seulement, mais ne peut garantir un traitement par l’aromathérapie : il est avant tout utilisé pour parfumer la maison.

Commercialisé dans une gamme de prix plus modeste, le diffuseur huiles électrique représente une alternative satisfaisante au diffuseur à ultrasons sans avoir les inconvénients du diffuseur par bougie chauffe-plats. Le diffuseur huiles électrique fonctionne sur le même principe que le diffuseur à la bougie, mais la chaleur, très douce, est constante et contrôlée. Un diffuseur huiles électrique est pourtant accessible dans la même gamme de prix qu’un diffuseur par bougie, à partir de 10 euros environ.

Diffuseur huiles essentielles

Si l’inhalation des huiles essentielles est courante, il semble difficile de pratiquer réellement l’aromathérapie sans acheter au préalable un diffuseur huiles essentielles performant. Mais un simple coup d’œil sur un comparateur de prix Internet permet de constater que la multiplicité des modèles comme celles des prix rendent le choix difficile : comment choisir un diffuseur huiles essentielles ?

Le diffuseur huiles essentielles le moins onéreux est également celui qui est le moins efficace : il s’agit du diffuseur huiles essentielles à la bougie. Il se présente généralement sous la forme d’une petite colonne creuse dans laquelle s’insère une bougie chauffe-plats, surmontée d’une vasque destinée à recevoir l’huile essentielle. Une chaleur excessive ayant tendance à dénaturer les effets de l’aromathérapie, ce type de diffuseur huiles essentielles peut éventuellement permettre de parfumer la maison mais certainement pas de soigner.

En revanche, pour un prix à peine plus élevé, le diffuseur huiles essentielles électrique garantit de bonnes performances. Selon les modèles, il sera à insérer directement dans une prise électrique, ou à alimenter avec des piles (rechargeables de préférence !). La chaleur contrôlée d’un tel diffuseur huiles essentielles permettra de profiter pleinement des bienfaits de l’aromathérapie.

Enfin, le diffuseur huiles essentielles le plus en vogue actuellement est le diffuseur à ultrasons. Électrique lui aussi, il agit non pas par la chaleur mais par la dispersion des molécules de l’huile essentielle, qui sont diffusées dans la pièce dans une délicate brume de minuscules gouttelettes, qui a également le mérite d’humidifier l’air. Ce diffuseur huiles essentielles s’acquiert pour 70 euros minimum, mais il est indéniablement le plus agréable à utiliser et le plus efficace.

Huile essentielle citron

L’huile essentielle citron est exploitée aussi bien séparément que mélangée à d’autres huiles essentielles, dans des synergies destinées à des usages très différents. L’huile essentielle citron est en effet dotée de nombreux pouvoirs thérapeutiques qui en font une véritable base de l’aromathérapie.

Comme toutes les huiles essentielles d’agrumes, l’huile essentielle citron est obtenue à froid et sans solvants, par simple expression du zeste. Cette huile appartient à la famille des rutacées et son nom biologique est citrus limonum. Bien que le citron ne soit pas un fruit rare, l’huile essentielle citron revient cher car il faut environ 3000 écorces de citron pour réaliser un kilo seulement d’huile essentielle !

L’huile essentielle citron est un véritable classique pour tout aromathérapeute : elle est à la fois stimulante, antiseptique, antibactérienne et digestive. Elle vient à bout des sensations de nausées, fluidifie la circulation sanguine et agit comme une protection hépatique. Quelques gouttes d’huile essentielle citron dans une infusion de thym constituent un bon remède contre les rhumes. Diffusée comme parfum d’ambiance, l’huile essentielle citron dégage un parfum très agréable, qui a également le mérite de chasser mites et fourmis de la maison ! Utilisée seule, sur un sucre ou dans une cuillère de miel, l’huile essentielle citron agit contre le mal des transports (voiture ou bateau) et contre les nausées ou la digestion difficile.

En synergie, l’huile essentielle citron est également très intéressante à exploiter. Elle permet de réaliser des mélanges destinés à la relaxation lorsqu’elle est associée à d’autres huiles essentielles d’agrumes comme l’orange et la mandarine, au romarin et au cyprès. Elle désinfecte l’air ambiant en association avec quelques gouttes d’huiles essentielles d’orange, de pin, de pamplemousse et de bergamote. Mélangée au genièvre et à la sauge, l’huile essentielle citron aide enfin à lutter contre le surpoids.

Aromatherapie valnet

L’aromatherapie Valnet est à la fois une théorie et une marque. Quelle est donc la particularité de l’aromatherapie Valnet, et en quoi se différencie-t-elle des autres approches de l’aromathérapie ?

L’aromatherapie Valnet doit son nom à un médecin, le Dr Valnet qui, le premier, s’est penché de manière scientifique sur les pouvoirs thérapeutiques des plantes et, plus particulièrement, des huiles essentielles. A la fin des années 1940, le Dr Valnet, qui pratiquait dans les armées, a commencé à s’intéresser aux traitements naturels. A cette époque, les progrès de la chimie était en plein développement, et la démarche du Dr Valnet s’inscrivait donc à contre-courant. Il n’en a pas moins établi une liste rigoureuse des plantes et essences dont il avait vérifié le pouvoir thérapeutique, mettant ainsi en place le début de l’aromatherapie Valnet.

L’aromatherapie Valnet est aujourd’hui la base de la phyto-aromathérapie moderne. Alors qu’il pouvait paraître rétrograde aux yeux de ses contemporains, le Dr Valnet s’est finalement avéré précurseur, s’inquiétant par exemple « des dangers du tout chimique, désastreux pour la terre et la santé des hommes ».. dès les années 50 ! Mise en place par le Dr Valnet lui-même, l’aromatherapie Valnet est à présent confiée en exclusivité aux laboratoires Cosbionat.

L’aromatherapie Valnet, telle qu’elle a été voulue par son créateur lui-même et telle qu’elle est commercialisée actuellement, est 100 % naturelle, issue de l’agriculture biologique. Les huiles essentielles sont produites sans opération chimique, par distillation à la vapeur d’eau basse pression ou par expression. Des tests analytiques sont pratiqués du début à la fin de l’opération, permettant de vérifier le respect des normes fixées par le Dr Valnet. L’aromatherapie Valnet est commercialisée dans toute la France, en parapharmacies, pharmacies et magasins bio.

Guide aromatherapie

Pour apprendre à venir à bout des maux les plus courants, ou pour prendre soin de sa santé, savoir créer les conditions idéales pour se détendre ou simplement apprendre les petits gestes quotidiens qui permettent de conserver éclat et beauté, un guide aromathérapie est tout simplement indispensable ! Un guide aromathérapie est en effet axé sur la pratique de cette discipline, qui se différencie de la phytothérapie par son usage exclusif des essences et huiles essentielles végétales.

Avec un guide aromathérapie, on peut ainsi apprendre à faire passer les douleurs des courbatures grâce à un savon liquide enrichi d’huile essentielle de lavande officinale et d’huile essentielle de néroli, ou un torticolis avec une huile de massage à base de camomille romaine, de ravintsara et d’eucalyptus citronné. Bien entendu, un guide aromathérapie ne se limite pas à quelques maux seulement, mais s’attache à essayer d’en traiter le plus grand nombre possible.

Pour exploiter toutes les astuces offertes par un guide aromathérapie, il suffit de disposer d’un accès Internet : certains sites proposent en effet d’excellents récapitulatifs de la plupart des maux et de leur traitement via les huiles essentielles. Il peut toutefois être intéressant de se procurer une version papier d’un guide aromathérapie, plus facile à consulter et toujours à portée de main.

Sous forme de livre, le guide aromathérapie est disponible pour moins de 5 euros (Guide de poche de l’aromathérapie, éditions Leduc). Plus luxueux et plus complet encore, le guide aromathérapie en version brochée s’achète pour une quinzaine d’euros chez l’éditeur Albin Michel.

Phytothérapie

La phytothérapie correspond à l’art de se soigner par les plantes. Dans toutes les cultures, la phytothérapie est présente, si ce n’est à titre de médecine à part entière, au moins dans les us et coutumes.

L’usage le plus courant de la phytothérapie passe essentiellement par la préparation et l’absorption de tisanes. Les remèdes de grand-mère, comme les infusions de camomille, de tilleul et d’oranger pour une bonne nuit de repos, ont déjà fait leur preuve. La phytothérapie moderne s’appuie à la fois sur les recettes traditionnelles éprouvées par le temps et sur les dernières recherches scientifiques dans le domaine des plantes et de leurs vertus médicinales.

Aujourd’hui, se soigner par la phytothérapie se conçoit aussi bien à travers les classiques décoctions, infusions et macérations de plantes qu’à travers des poudres et gélules mises au point en laboratoire. Bien que « naturelle », la phytothérapie n’en comporte pas moins des dangers : des produits parfaitement naturels peuvent contenir des substances toxiques ou des principes actifs tellement concentrés qu’ils peuvent en devenir néfastes pour l’organisme.

La pratique de la phytothérapie demande donc d’excellentes connaissances. En France, la législation impose des expertises toxicologiques minimales aux médicaments réalisés à partir de plantes. Certains produits de la phytothérapie peuvent en outre interagir avec les médicaments « classiques » et annuler ou amoindrir leur effet, comme c’est la cas avec les modes de contraception orale avec le millepertuis. Pour les mêmes raisons, la phytothérapie ne se réalise qu’à partir de plantes cultivées à l’abri de toute pollution et sans ajout de produits chimiques afin d’en conserver les propriétés d’origine sans les altérer ni provoquer une interaction qui en modifierait les vertus.

Huile essentielle

L’huile essentielle est un produit précieux, car plusieurs tonnes de plantes peuvent parfois être nécessaire pour en obtenir un litre seulement… La fabrication d’une huile essentielle passe systématiquement par une phase de distillation ou d’extraction à froid.

L’huile essentielle peut être obtenue à partir de fruits entiers, d’écorces, de fleurs ou de plantes. La teneur en huile essentielle dans chaque végétal est variable mais va de faible à infime. Le prix de l’huile essentielle est élevé pour cette raison : selon les plantes, un litre d’huile essentielle coûte entre 50 et 150 euros !

Les procédés d’extraction qui permettent d’obtenir une huile essentielle de qualité sont au nombre de 2. L’extraction par distillation ou entraînement par la vapeur d’eau s’applique à la plupart des huiles que l’on trouve dans le commerce, sauf celles qui contiennent des hespéridés comme le citron ou l’orange.  Pour ces végétaux, c’est l’extraction à froid qui est préférée, appliquée au fruit entier ou seulement à son écorce. L’huile essentielle est ensuite conservée à l’abri de la lumière et de toute source de chaleur qui pourrait altérer ses qualités.

L’huile essentielle possède des pouvoirs thérapeutiques, assainissants ou relaxants qui sont connus depuis très longtemps. Les babyloniens avaient ainsi pour usage, il y a quatre mille ans, de brûler du cyprès pour purifier l’air et mettre un terme aux épidémies. Actuellement, l’huile essentielle connaît un regain d’intérêt de la part des consommateurs, remise au goût du jour par le chimiste René-Maurice Gattefossé, un chimiste qui a orienté ses recherches vers ce qu’il appelait « les techniques oubliées », qu’il souhaitait réintégrer au cœur de la science : avec l’huile essentielle, ce projet trouve l’un de ses plus belles expressions.